« Shôjin ryôri (精進料理), la cuisine des moines bouddhistes (paru dans Wasabi N°2) | Accueil | La France enfante, le Japon se dépeuple »